Superbe virée familiale en Bourgogne…6 au 9 juin 2014

Superbe virée familiale en Bourgogne…6 au 9 juin 2014

11 juin 2014 0 Par Denis

Une fois n’est pas coutume, nous avions décidé de nous retrouver en famille dans un lieu à équidistance de tous. Et c’est en Bourgogne, et plus précisément à Châteauneuf-en-Auxois dans le département de la Côte d’Or  que s’est déroulé dans la joie et la bonne humeur ce week-end de Pentecôte 2014, 3 jours superbes en perspective. C’est donc du Loir-et-Cher, de la Moselle et du Puy-de-Dôme qu’ont convergé 3 familles vers un des plus beaux villages de France, un des deux villages classés du département 21. IMG_9181

Arrivée à Châteauneuf en Auxois

Après 3 heures de route, l’arrivée à Châteauneuf est magique, le village est perché sur les hauteurs, 465 mètres d’altitude, au dessus du canal de Bourgogne. Ce que l’on aperçoit en premier est le château, quand on vient du sud; celui-ci date du XIIème siècle et fut longtemps un bastion défensif de la région. Il est extrêmement impressionnant, colossal même vu d’en bas et plus on s’en rapproche et plus sa silhouette impressionne. Ca grimpe fort, il fait presque 30 degrés et quelques cyclistes que nous dépassons et qui ont l’air de souffrir nous donnent un aperçu de la hauteur de l’éperon rocheux que nous « escaladons ». IMG_9128 L’arrivée dans Châteauneuf est telle que nous l’imaginions, vieilles pierres, maisons anciennes magnifiques, un charme fou, du cachet comme on dit. Notre gîte, lieu de notre séjour pendant 3 nuits, est à coté de la mairie, du monument au morts, et sur la place principale du village. L’endroit est idéal pour en découvrir toutes les facettes. Nous avons également l’intention de sillonner les environs…En ce qui nous concerne, la Bourgogne est et a été une région souvent traversée, mais jamais vraiment explorée. Plusieurs idées reçues trottent dans nos esprits concernant la Côte d’Or, le vin, de beaux châteaux, des villages médiévaux pleins de charme. IMG_9122

Découverte du village

Rapidement nous partons découvrir les trésors de Châteauneuf, le temps est magnifique, le village est fait pour la ballade, uniquement des petites ruelles charmantes où l’on prend plaisir à flâner et admirer . Normalement, tout est plutôt piétonnier même si des voitures tentent de se frayer un passage au milieu de touristes qui semblent déjà se presser d’admirer les merveilles de ce hameau bourguignon. . Devant la maison, ça défile, le monde qui circule donne une idée de la popularité du village. C’est surprenant, début juin, ce n’est pourtant pas encore la haute-saison. On n’ose imaginer ce que cela sera dans quelques semaines. Des anglais, des américains, des suisses, des allemands, des belges, et toute la France est venue dans ce petit coin de Bourgogne. On comprend aujourd’hui pourquoi, tellement cette bourgade classée est magnifique.

Le Château de Châteauneuf

Le chef d’oeuvre du village est  le château moyen-ageux que l’on va découvrir d’un peu plus près. Celui-ci est entouré de douves asséchées, comme c’est souvent le cas dans les zones de montagne ou escarpées, difficile en effet d’y amener de l’eau. Ce qui nous surprend et en même temps nous émerveille est la qualité incroyable de la conservation du batiment. On a du mal à imaginer qu’il a pratiquement 900 ans. Depuis 1936, la forteresse appartient à l’Etat et à la Région et de ce fait, Châteauneuf et son château sont déclarés site protégé ce qui permet de poursuivre sa restauration et d’en faire la pièce maîtresse d’un projet patrimonial et culturel axé sur la Bourgogne ducale.

Le Château de Châteauneuf

Le Château de Châteauneuf

Le Château de Commarin

Plus tard dans l’après-midi, la petite famille au complet (9 personnes tout de même) poursuit sa visite des châteaux par celui de Commarin situé dans la commune du même nom à environ 5 km de Châteauneuf. Celui-ci est mentionné pour la première fois en 1214 et leurs premiers propriétaires descendent de la première lignée des ducs de Bourgogne. Au départ il s’agissait d’une « villa romaine », c’est à dire une ferme fortifiée. Au cours des siècles, l’extension du château s’est prolongée pour apparaître aujourd’hui comme un monument régulier, symétrique et d’un classicisme typiquement Français. Il est entouré de douves remplies d’eau. Il est habité depuis ses débuts par la même descendance et depuis 1967, le Comte et la Comtesse Louis de Vogüé représentent la 25ème génération de propriétaires. Nous en avons profité pour visiter le parc à l’anglaise de cinq hectares avec de magnifiques gazons et de larges perspectives. On a adoré…ce château est d’une classe incroyable, tout à l’air parfait, impeccable et magnifiquement entretenu.

Châteauneuf la nuit

De retour à Châteauneuf, plus tard dans la soirée, quand le soleil s’était couché, au delà de 22h, nous n’avons pas pu résister au plaisir d’aller admirer le château et le village dans une ambiance particulière, celle de la nuit, avec ses illuminations particulièrement réussies. Plus le soleil se couchait et plus le château devenait beau, drapé d’une couleur chatoyante orangée, mettant en valeur les tourelles et l’impeccable silhouette d’un autre temps. L’ensemble du village est de la même veine que le castel et les lumières du soir ajoutent vraiment au charme du bourg.

Dimanche 8 juin 2014, Flavigny sur Ozerain: Après une bonne nuit de sommeil et un bon petit-déjeuner familial, nous voilà partis pour le deuxième village classé « plus beau village de France » de la Côte d’Or, Flavigny sur Ozerain, cité médiévale où l’on fabrique encore les Anis de Flavigny, vous savez, ces petits bonbons blancs. Le village n’ a certes pas le charme de Châteauneuf mais possède tout de même quelques très belles maisons. On s’y est promené sous un soleil de plomb, nous sommes dimanche, le bourg est extrêmement calme, trop presque, on a le sentiment que Flavigny souffre de la perte de ses habitants…on remarque beaucoup de maisons à vendre malheureusement.

Alésia…connais pas!!! C’est ce que prétend régulièrement  Abraracourcix, le chef du village des gaulois,  quand on évoque le nom d’une bataille perdue par les gaulois face aux romains. Nous avons pourtant découvert le site non loin de Flavigny, dans la commune d’Alise sainte-Reine. La grande majorité de la communauté scientifique de nos jours estime que le site d’Alésia, source de polémiques récurrentes, se trouve sur le territoire de cette commune. La bataille d’Alésia est parfois datée du 26 septembre 52 av J-C , il s’agissait d’une nuit de pleine lune, ce qui pourrait expliquer que César ait pu lancer sa bataille à la poursuite de l’armée en fuite. Ce combat a rassemblé environ 120 000 soldats., à comparer avec la bataille d’Austerlitz qui a vu s’affronter les 73 100 soldats de Napoléon Ier et les 85 700 hommes de la coalition austro-russe, sur un terrain d’une superficie identique. Le lendemain, de la bataille, Vercingétorix décide donc de se rendre. Après la reddition, la plupart des guerriers gaulois sont réduits en esclavage et distribués aux légionnaires, à raison d’un « par tête ». Dure période pour nos ancêtres!!! Une immense statue de Vercingétorix a malgré tout été érigée sur le site d’Alésia même si celui ci est le lieu d’une défaite. La statue est impressionnante, majestueuse, on a adoré se trouver face à une figure de l’histoire de France.

IMG_9228

Le réservoir de Panthier et Nuits-Saint-Georges

Après Alésia et Vercingétorix et être revenus à Châteauneuf, le groupe s’est divisé en deux en fin d’après-midi..après tout, il en fallait bien pour tous les goûts. Les plus jeunes ont en profité, étant donné la chaleur,  pour aller se rafraichir dans le lac, ou plutôt le réservoir de Panthier, à quelques minutes à peine, du gîte. Nathalie, Anne et moi-même, décidons d’aller en direction de Nuits-Saint-Georges, autrement dit les vignobles qui produisent, entre-autres, les vins les plus fameux du monde. Qui n’ a pas entendu parler de Meursault, Romanée-Conti, Gevrey-Chambertin, Puligny-Montrachet, etc…Nous voilà donc partis pour les vignes des côtes de nuits, à l’ouest de Dijon. Le paysage change brutalement lorsqu’on se rapproche de Nuits-Saint-Georges. D’un coup, on passe des fôrets aux vignobles, des milliers de sarments apparaissent devant nous, de part et d’autre de la route, c’est très impressionnant. On décide d’aller visiter, pour notre plaisir, une cave à vins à coté du château du Clos de Vougeot. On pensait être accompagné et obtenir davantage d’explications sur la fabrication du vin mais aujourd’hui j’ai l’impression qu’il faut se débrouiller tout seul…pas grave, on a appris pas mal de choses sur la vinification des vins de Bourgogne mais aussi quelques anecdotes sympas concernant ces grands vins. Un des cardinaux sous Louis XV célébrait toujours la messe avec un Meursault de peur que Dieu ne le voit faire la grimace à cause d’un vin de mauvaise qualité…concernant le Puligny-Montrachet (Mont rasé), l’expression signifie que l’on doit s’essuyer ses pieds avant de quitter le vignoble pour ne rien laisser perdre de sa précieuse terre. Chaque vin a son anecdote, sa légende, c’est passionnant, au delà même de la qualité du vin.

En rentrant à Châteauneuf, à la fin de la visite, nous avons tenu à passer par Gevrey-Chambertin, surement le Bourgogne le plus célèbre. Le village est bien sur sur la route des grands crus qui est superbe, les bourgs vinicoles sont charmants, les vignobles toujours aussi impressionnants et les noms de vins prennent ici dans nos esprits une véritable signification, une réalité.

Lundi 9 juin 2014, le Canal de Bourgogne:  dernière journée dans cette belle région, on ne pouvait la quitter sans aller nous promener le long du canal de Bourgogne, en bas du village, à seulement quelques encablures. La particularité du canal est que son dénivelé est très important, il est donc impossible de faire naviguer des péniches sans y installer des écluses. Il y en pratiquement une tous les 400 mètres. A coté de chacune d’entre elles se trouve une petite maison habitée à une époque plus ancienne par un éclusier qui s’occupait uniquement de son écluse. Aujourd’hui, un gars sur son scooter s’occupe de toutes les écluses. Celles ci ont la particularité de s’ouvrir (et de se fermer) de façon tout à fait mécanique et manuelle, pratiquement à la force humaine. Les bateaux qui aujourd’hui naviguent sur ce canal sont essentiellement touristiques, c’est un extraordinaire moyen de découvrir la région, au ralenti, tranquille. Non seulement parce que les embarcations avancent très lentement mais aussi parce que chaque écluse est très longue à franchir..il faut pratiquement s’arrêter 20 minutes tous les 400m, autant dire que ça n’avance pas très vite…et c’est très bien ainsi. Les enfants et les grands ont adoré, on a même eu la chance de voir un bateau, loué par un groupe d’américains, descendre le canal et donc franchir plusieurs écluses. On a regardé ça comme des enfants, c’était bucolique, destressant et presque d’un autre temps, celui ou l’on prenait le temps de vivre et de circuler…

IMG_9258

En conclusion, on sera tous d’accord pour dire que nous avons passé un merveilleux week-end familial, riche d’émotions, mais aussi de culture, de gastronomie et de détente. Victoria, Timothée, Louis, Juliette, Anne, Nathalie, Christine, Hervé et moi-même, sommes prêts sans hésitation à retenter l’expérience et continuer à visiter notre beau pays…en famille.

IMG_9323