2015, Budapest, Europe, Hongrie, Voyages 2014

Du coté de Buda 🇭🇺

Budapest le 31 décembre 2014

 La Basilique Saint-Etienne…
On dĂ©marre ce matin Ă  pied avec une tempĂ©rature toujours aussi fraiche, environ -6. La proximitĂ© du Danube et l’humiditĂ© que cela procure donne une sensation de ressenti plus basse encore que la rĂ©alitĂ© du thermomètre. Nous sommes tous bien Ă©quipĂ©s, gants, bonnets, Ă©charpes, doudounes, rien ne manque Ă  l’appel. On avait bien vĂ©rifiĂ© la mĂ©tĂ©o avant de venir, on Ă©tait prĂ©venu. Première destination ce matin , la Basilique Saint-Etienne, Ă  quelques minutes de l’appart. Son nom hongrois est Szent Istvan bazilika, elle est situĂ©e dans le quartier de Belvaros et se caractĂ©rise par sa sa taille imposante. Avec le parlement, la basilique est le bâtiment le plus haut de Budapest (96 m). Ses dimensions en font le deuxième plus grand Ă©difice religieux du pays (après la Basilique d’Esztergom) ; elle peut accueillir jusqu’à 8 500 personnes.
IMG_0383
L’Eglise Saint-Etienne
Le Pont des ChaĂ®nes…

 Devant elle, on est particulièrement impressionnĂ©, elle en impose comme on dit. Sur son parvis se trouve un marchĂ© de NoĂ«l, aux odeurs de vin chaud, de massepain et de goulash. Nous ne sommes pas très fĂ©rus par contre de « bibeloteries » et n’y restons pas trop longtemps. L’arrĂŞt du big bus tour Ă©tant juste Ă  cotĂ©, nous reprenons la route rapidement. La formule 48h est très interessante, on en profite, il y a tant de choses Ă  voir Ă  Budapest et le temps passe si vite .On s’en sert bien sur pour se dĂ©placer, Ă©couter les commentaires, visiter mais aussi pour se rĂ©chauffer. Après la basilique, 2ème objectif ce matin, le Mont GellĂ©rt. Pour cela, il faut traverser le Danube, et emprunter le Pont des ChaĂ®nes SzĂ©chenyi (SzĂ©chenyi Landchid). Entrepris en 1839 selon le projet du Comte du mĂŞme nom, le tout premier pont permanent du Danube possède un tablier long de 360 mètres supportĂ© par deux tours, un exploit technique pour l’Ă©poque. Il constitue aujourd’hui l’emblème de Budapest. Avant qu’il n’existe, les habitants traversaient  le fleuve Ă  l’aide de pontons flottants.

IMG_0398
Alysée et Nath devant le Pont des Chaînes
Le Mont GellĂ©rt…
En hiver quand il Ă©tait gelĂ©, il arrivait que celui-ci soit infranchissable et dangereux.La lĂ©gende veut que le Comte de SzĂ©chenyi eut l’idĂ©e de construire ce pont le jour oĂą il ne put se rendre Ă  l’enterrement de son père, dont les funĂ©railles se dĂ©roulaient de l’autre cĂ´tĂ© du Danube. Le premier arrĂŞt se situe donc au mont GellĂ©rt , au nord du Danube, cotĂ© Buda; il est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Au sommet se trouve la citadelle, occupĂ©e par les allemands pendant la 2ème guerre mondiale et qui s’en servaient comme observatoire. A cotĂ© se trouve la Statue de la LibertĂ©, symbole de la capitale qui commĂ©more la libĂ©ration de Budapest par l’ArmĂ©e Rouge.
IMG_4714
La vue sur le Danube et Pest est absolument magnifique surtout quand la nuit commence Ă  tomber et que les lumières de la ville commencent Ă  briller de mille feux. L’Endroit est truffĂ© de lĂ©gendes. L’une d’elle nous raconte que pendant des centaines d’annĂ©es, les habitants de Budapest ne voulaient pas habiter le Mont GellĂ©rt, qu’Ils croyaient habitĂ© par des sorcières et des dĂ©mons. Autre fait marquant, GellĂ©rt Ă©tait un EvĂŞque chargĂ© de christianiser la Hongrie. La lĂ©gende veut qu’il ait Ă©tĂ© enfermĂ© dans un tonneau par les paĂŻens qui ne dĂ©siraient pas ĂŞtre christianisĂ©s et du sommet du Mont qui porte son nom, jetĂ© en direction du Danube pour y pĂ©rir noyĂ©.
IMG_0419
Le Pont Elisabeth depuis le Mont Gellért
L’Eglise Mathias…
MalgrĂ© le froid, nous sommes restĂ©s un moment sur le belvĂ©dère Ă  admirer Pest en face et le Parlement un peu plus loin. Plus tard, pour rejoindre l’arrĂŞt de notre bus situĂ© le long du Danube, les 4 mousquetaires dĂ©cident  d’utiliser les escaliers, une bonne petite descente qui aura au moins eu le mĂ©rite de nous rĂ©chauffer, la tempĂ©rature Ă©tant toujours aussi polaire. Avant la poursuite de notre itinĂ©raire, il reste encore une petite halte dans un marchĂ© couvert qui nous a permis de dĂ©couvrir les spĂ©cialitĂ©s hongroises d’un point de vue culinaire. Pour rĂ©aliser leur fameux goulash,  le paprika est très important, ils sont Ă©galement fans de saucisses en tous genres.
IMG_0442
Paprika, Ă©pice issue du poivre
 Le parcours suivant nous conduit jusqu’au Palais Royal (du 13ème siècle), le Bastion des PĂŞcheurs et ses 7 tours (les 7 tribus magyars qui ont fondĂ© la Hongrie) et l’Eglise Mathias (ou Notre Dame) construite au XIII ème siècle. Prenez le temps de visiter l’intĂ©rieur de l’Eglise qui est extraordinaire, entièrement couverte de fresques. Pas un centimètre carrĂ© de mur ou de plafond qui ne soit pas recouvert de magnifiques motifs peints. On n’est pas très sur qu’ils soient tous d’origine, mais qu’importe, mĂŞme rĂ©novĂ©s, l’illusion est parfaite et vaut le coup d’oeil. Très impressionnant…!!! De plus, le toit est recouvert de tuiles vernissĂ©es de toutes les couleurs, ce qui rend l’ensemble extrĂŞmement gai! Sur ce point, ceux qui ont visitĂ© Vienne, trouveront une parfaite similitude avec la CathĂ©drale Autrichienne.
IMG_0474
L’Eglise Mathias Ă  cotĂ© du Hilton
. La nuit tombe vite en Hongrie fin dĂ©cembre, vers 16h environ. C’est plutĂ´t un avantage, les lumières scintillent, les superbes bâtiments de la ville sont de plus en plus Ă©tincelants, c’est le cas du Parlement que l’on voit de l’autre cotĂ© du Danube. La ville se pare de ses plus belles couleurs orangĂ©es, la hauteur donne une impression encore plus spectaculaire; on n’arrive plus Ă  quitter l’endroit tellement il embellit minute après minute. Seule la tempĂ©rature qui baisse encore forcĂ©ment en mĂŞme temps que le soleil  pousse notre Ă©quipĂ©e Ă  continuer notre chemin.
IMG_0501
La nuit tombe sur le Pont des Chaînes et le Parlement
La pâtisserie Gerbeaud…
Quand nous avons Ă©voquĂ© Ă  des proches notre futur voyage, ceux qui avaient rĂ©cemment visitĂ© Budapest Ă©voquaient rĂ©gulièrement la pâtisserie »Gerbeaud ». Vous allez certainement me dire que ce nom n’est pas très hongrois mais de consonance plutĂ´t française. L’Ă©tablissement porte en fait le nom d’un chocolatier hongrois, Emile Gerbeaud originaire de Genève mais de parents français. Après le Goulash, on dĂ©cide donc d’aller gouter (mais ça n’a rien Ă  voir!!!) une autre spĂ©cialitĂ© culinaire hongroise, la pâtisserie, qui parait-il est une des plus raffinĂ©es du monde. On prend le mĂ©tro cette fois ci, station Vörösmarty ter, pour ceux que ça interesse. Le batiment, bien entendu est très beau, très classe, distinguĂ©. A l’intĂ©rieur, c’est immense, on a l’impression qu’il y a un nombre incroyables de salles, des serveurs qui courent partout. Il faut d’abord accĂ©der Ă  un premier vestibule puis Ă  nouveau attendre dans une entrĂ©e avant d’ĂŞtre placĂ© Ă  une table, quand il en reste une de libre…et le plus difficile commence alors car il faut faire son choix parmi une sĂ©lection de pâtisseries toutes aussi allĂ©chantes les unes que les autres. C’est dĂ©cidĂ© on en prend une diffĂ©rente chacun afin de la faire gouter aux autres. On s’est rĂ©galĂ©….hummmm…maintenant qu’on y est allĂ©, on vous le dit aussi, si vous venez Ă  Budapest, allez chez Gerbeaud.
IMG_0521 IMG_4760
On se régale au Gerbeaud
 RĂ©veillon Ă  Budapest…
Nous sommes aujourd’hui le 31 dĂ©cembre, Ă  quelques heures de la nouvelle annĂ©e et nous commençons Ă  percevoir les premiers signes sonores et visuels du rĂ©veillon qui se prĂ©pare. Officiellement, et contrairement Ă  beaucoup de villes dans le monde, il n’y aura pas de feux d’artifice ici Ă  Budapest; par contre beaucoup d’initiatives individuelles un peu partout dans la ville, les habitants se dĂ©guisent, claironnent au son des vuvuzelas, allument des pĂ©tards et des petits feux d’artifice un peu partout. Nous dĂ©cidons, après un petit repas tout simple Ă  l’appartement,  d’aller explorer le quartier juif rĂ©putĂ© pour ĂŞtre très vivant le soir. Nous dĂ©couvrons effectivement une multitude de bars, pubs, restaurants très animĂ©s. A minuit, tout s’agite encore davantage, les dĂ©cibels augmentent avant que la capitale magyare ne retombe doucement dans un silence apaisant. Nous sommes en 2015, l’annĂ©e commence pour nous en Hongrie…

Suite