Vaincre le Pico…Açores, La vidéo, 30.03.2016

2351 mètres, 7h aller retour, 1100 m de dénivelé (le camp de base est à 1200m), ça y est, depuis le temps qu’on l’attendait, nous l’avons fait, nous avons vaincu le Pico, le magnifique volcan de l’île des Açores du même nom.

Départ pour notre ascension

Départ le matin relativement tôt, le temps était de la partie, beau, ciel bleu, pas de vent, une chance inespérée. Notre fenêtre de tir pour escalader le sommet du Portugal était très réduite étant donné que nous ne passions que 3 jours sur l’île. Il fallait absolument que les conditions soient optimales. Non seulement pour pouvoir effectuer l’ascension plus facilement mais aussi surtout pour avoir avoir une vue superbe une fois le « Piquinho » atteint. En effet de là haut, il est possible d’avoir par temps dégagé, la vue sur 5 îles de l’archipel. On en espérait pas tant. La montée sera superbe

IMG_0581

Première surprise en arrivant au camp de base, le sommet parait tout blanc comme s’il avait neigé ou alors givré, on ne sait pas trop. Cela signifie qu’il faut peut être s’équiper de crampons pour finir d’arriver. Question vêtements, on est au point, habits chauds, bonnet, gants. On prend l’option d’aller sans crampons, on verra bien. Si on ne peut pas finir les derniers mètres, tant pis, on ne se voit pas s’encombrer de matériel supplémentaire.

IMG_4108

Le début du parcours s’annonce tout de suite très difficile, non seulement à cause de l’angle de la pente (plus de 20%) mais aussi du fait du revêtement , ce n’est pas un sentier classique bien balisé mais un amoncellement de roches, de pierres qui roulent, de rochers à escalader, les premieres pauses sont rapidement nécessaires. Pour l’instant, on est encore sur du sec mais bientôt les premières traces de glace commencent à apparaitre, puis une espèce de givre ou de neige qui n’est pas encore fondue de la dernière chute qui a eu lieu on ne sait quand. Il ne faut pas oublier que le sommet est à 2351 mètres, presque 500m plus haut que notre Sancy.

IMG_4103

Le parcours est archi technique, beaucoup plus qu’on ne se l’imaginait, il faut en permanence chercher le trajet idéal, utiliser les mains, bien faire attention à chaque pas que l’on pose sur un sol de plus en plus instable, aléatoire. Derrière nous se trouve un groupe de jeunes allemands qui étaient partis avant nous mais qui font davantage de pauses et qui nous suivent à présent.

IMG_4127

La vue, au fur et à mesure que l’on monte est de plus en plus belle, on aperçoit au loin l’île de Faial, São Jorge est un peu dans les nuages, les autres îles, plus lointaines sont dans la brume de beau temps. On ne les verra pas pendant la montée et pas plus dans la descente.

Après 3 heures de « presque escalade », on commence à apercevoir le sommet. Les différentes balises qui jonchent le parcours nous renseignent également sur l’avancée de la montée, il y en a 45 en tout, ça fait du bien au moral d’apercevoir le chiffre qui augmente. L’écart entre les balises est irrégulier, parfois quelques minutes, parfois une demi-heure, c’est déstabilisant. On marche au moral, on regarde en permanence le sommet pour voir si on s’en rapproche. La montagne est une excellente école d’humilité. Il ne faut jamais être impatient, pressé, le temps prend ici une autre valeur. On est au numéro 40, on sait à présent qu’on va y arriver, ce n’est qu’une question de temps.

IMG_4117

Le 44 marque l’arrivée au niveau du cratère, ce n’est pas encore totalement le sommet. Beaucoup de marcheurs s’arrêtent là car le dernier raidillon, appelé Piquinho est incroyablement raide et se gravit pratiquement entièrement avec les mains. Pour nous ça serait véritablement trop dommage d’être arrivé jusque là et ne pas finir cette dernière petite demi-heure d’escalade. Le sommet se rapproche, le souffle manque de plus en plus au fur et à mesure de la montée mais on tient le coup. Toujours s’assurer que trois prises au moins soient sûres avant de déplacer la 4ème et c’est ainsi que tel Arthur, nous atteignons enfin le graal…6 mois au moins que nous attendons ce moment, que nous en parlons entre nous, que nous le redoutons aussi. 6 mois que nous nous entraînons.

IMG_4118

La vue est absolument superbe, le silence absolu, nous sommes presque seuls. Un couple de jeunes allemands est arrivé en même temps que nous. On apprécie d’être là, sur le toit des Açores, de l’Atlantique, du Portugal. Une petite borne discrète sans inscription, nous indique que nous sommes au sommet (on s’en doute un peu). L’île de Faial est belle du sommet, tant pis pour les autres îles, la mer de nuage est superbe au dessus de Såo Jorge qu’on voit légèrement à travers quelques trous.

IMG_4114

Si vous avez l’intention de gravir le Pico, juste un petit conseil,( pas prétentieux du tout), entrainez-vous, la montée est difficile et la descente l’est presque encore plus, limite dangereuse, irrégulière. N’oubliez pas que c’est une montagne, et un volcan, ce n’est pas une autoroute à touristes..mais au bout vous aurez une satisfaction immense et un plaisir inégalé.

Bon courage!!!

La vidéo de notre voyage aux Açores

 

Laisser un commentaire